Fabienne MOTTO
Psychothérapie à Meyzieu
Fabienne MOTTO
Psychothérapie à Meyzieu

Prendre soin de soi ?... C'est quoi ? Comment ?

Santé

"Prenez soin de vous" est une expression courante aujourd'hui, parfois galvaudée, et on imagine difficilement comment être contre. Pourtant, elle peut paraître étrange à bien des oreilles... En effet, lorsque je l'utilise auprès des personnes que j'accompagne, certaines me répondent "Mais, je ne sais pas ce que cela veut dire..." ou encore "Oui, je veux bien, mais comment faire ?"... Elle déclenche parfois une forte émotion chez celle ou celui à qui elle est adressée, comme si elle venait rejoindre une aspiration profonde de la personne, inconnue d'elle-même. L'idée dans ce petit article est de mettre le projecteur sur le sens profond que peut prendre cette phrase et ce qu'elle implique.

Comment comprendre cette expression ?

Comment définir cette expression ? Prendre soin signifie "être attentif à", "bien veiller à", selon le dictionnaire Larousse. C'est comme être à l'écoute de ses propres besoins sur tous les plans (mental, émotionnel et physique). Comme on pourrait le faire pour un enfant ou quelqu'un de cher pour nous. Cela suppose donc d'orienter notre attention vers nous-mêmes, sur la propre prise en compte de notre bien-être, de développer une relation bienveillante, sans jugement et empathique, envers nous-mêmes.

Ce n'est pas facile à faire ! Il est fréquent que les personnes soient plus attentives au bien-être des autres qu'au leur, et que ce fonctionnement soit tellement ancré en elles, qu'elles sont dans l'incapacité de se considérer comme un être à part entière qui en a également besoin. Elles en souffrent. C'est alors comme si elles étaient intérieurement toute tournées vers l'autre. Pour d'autres, c'est plus naturel. Cela fait partie de leur façon d'être. C'est une attitude intérieure qui est connue, accessible.

En effet, cette disposition de "bien veillance" à l'égard de soi-même vient interroger le rapport à soi-même qui s'est construit durant notre enfance, dans nos rapports à nos parents. Elle est liée aux modèles parentaux qui ont été les nôtres et aussi aux modèles sociétaux, plus actuels.

Est-ce que l'on s'autorise à prendre du temps pour soi sans culpabiliser ? A s'arrêter pour boire un café ? A prendre une pause alors qu'il y a du repassage à faire ? Est-il légitime de faire une sieste ? Est-ce que c'était pratiqué au sein de notre famille quand nous étions enfants ? Est-ce que nous pouvions le faire à lors sans avoir de réflexion ? ... Qu'est-ce que va dire ma mère ? ...

De même, nous vivons actuellement dans une société occidentale où il faut aller très vite, être sur tous les fronts, "assurer" de partout, où le temps manque tout le temps... Elle privilégie certaines valeurs comme la performance, la rapidité, l'adaptation... Cette ambiance sociétale pèse et ne nous laisse pas beaucoup de place si l'on ne décide pas de la faire, de la prendre soi-même. C'est un choix pour soi et il est vital. Il est nécessaire pour notre bien-être et notre équilibre.

Comment faire ? Comment s'y prendre ?

Alors concrètement, par quoi cela peut passer ? Il s'agit d'abord d'une attitude intérieure avec soi-même comme elle a été explicitée ci-dessus. La mise en musique suppose donc comme préalable d'avoir fait du chemin sur ce qui se passe en soi, sur notre façon de bien veiller sur nous ou pas, sur le développement en nous de ce mouvement bienveillant envers nous-mêmes. Il devient ensuite plus naturel et même nécessaire de mettre en place des actes qui viennent donner vie à ce mouvement intérieur.

Il s'agit avant tout de s'accorder du temps, de prendre du temps pour soi, de le planifier même, comme un moment régulier institué dans son emploi du temps. Cela peut être un quart d'heure par jour ou 1 h par semaine, peu importe, chacun estime le temps dont il a besoin pour pouvoir souffler, respirer, se retrouver, se ressourcer, "rester avec lui-même". L'idéal est d'avoir, quand c'est possible, un lieu pour cela dans son habitat. Un endroit à soi, où l'on sait que l'on pourra être tranquille, à l'abri des sollicitations extérieures. Un endroit où l'on pourra se poser, écouter en soi ce qui va, ce qui ne va pas. C'est comme un rendez-vous que l'on se donne à soi-même.

Pour chacun-e de nous, répondre à son(ses) besoin(s) va prendre des formes différentes. Faire du sport, de la relaxation, écouter de la musique, de la méditation, aller se balader, mieux manger... l'idée est de s'écouter en profondeur. Quel est votre besoin à vous ? Qu'est-ce qui vous ferait du bien ? Qu'est-ce qui vous ferait plaisir ? Qu'est-ce qui vous redonnerait de l'énergie ?

Revenir au corps est déterminant, se rapprocher de nos sensations corporelles, de nos émotions, est un passage clef pour parvenir à se rejoindre en profondeur, à s'écouter. Nos besoins sont parfois cachés parce que nous ne sommes pas forcément prêts à les accepter. Nous pouvons ne pas être bien ou être insatisfaits sans comprendre pourquoi. Il est donc nécessaire de prendre du temps pour soi pour aller s'écouter.

Il existe des techniques de relaxation corporelle qui sont aidantes pour se recentrer sur son corps et par voie de conséquence sur soi-même, telles que le yoga, la sophrologie, la méditation. Elles permettent de ralentir le temps, et de revenir progressivement à l'instant présent. Ce travail de reliance avec soi-même peut être trop difficile à faire seul, il suppose alors de passer par une personne qui va permettre cette médiation, la psychothérapie prend alors toute sa place.

Une façon de commencer par le bon bout !

Il arrive que des personnes aient l'impression que prendre soin de soi soit une attitude égoïste. En réalité, quand on se fait du bien, quand on écoute suffisamment ses besoins, cela rejaillit positivement sur les autres. Comme dit le vieil adage "Charité bien ordonnée commence par soi-même". Les proverbes sont emplis de sagesse populaire. C'est le bon ordre pour prendre les choses. Le risque sinon est d'être dans la négation de soi-même et de ses besoins profonds qui vont venir se dire d'une façon ou d'une autre par des chemins détournés (manifestations du corps, actes manqués).


Articles similaires

Derniers articles

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo   |   Ce site a été créé grâce à Psychologue.fr

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.